Haïkus – nouvelles collaboration avec Blaise Nada

2 ans après la parution des Femmes-Objets, j’ai le plaisir d’entamer une nouvelle collaboration avec mon ami Blaise Nada.
Au début de l’été, l’agenda culturel Bazart mag me propose une carte blanche mensuelle pour la fin de l’année 2014, recondutible en 2015 si le public accroche.
Ce genre de proposition a le don de m’exciter et de me terrorriser en même temps… l’angoisse de la page blanche…

Après quelques nuits agitées, je me souviens d’un projet sans suite (ils sont nombreux), une idée qui m’avait effleuré pendant le tourbillon de la sortie de notre premier livre.
A l’époque, pendant les dédicaces, Blaise demandait à son lecteur de lui donner un objet.
Admettons que vous lui ayez dit « chaise »…il se lançait, sur le vif et sans filet, dans la rédaction d’un court poème en prose commençant par « La femme-chaise… »
J’avais adoré le principe, et eu envie de me frotter au défi d’illustrer ces haïkus.

Il faut parfois un peu de temps pour réaliser ses envies, une bonne occasion, une deadline, l’aiguillon d’une publication mensuelle. Pour cela je remercie Bazart mag :)

Voici le premier haïku anxiogene/nada, la femme-horloge :

 Vous trouverez Bazart-mag dans les 5 départements de Normandie, dans tous les lieux de culture, librairie, maison de quartier, MJC, mais aussi café, bars, resto et salle de concert.

le mois prochain, je créerai une page pour les Haïkus, je préfère attendre, sinon madame horloge va s’ennuyer toue seule….

Share

réveils et bricolage

Grosse activité dans l’atelier cette semaine. j’ai fait le plein de matière et de travail manuel avant d’entamer une quinzaine de jours en presta qui vont me tenir loin de mon atelier et de mon cher bazar.
J’ai démarré deux réveils en même temps et profité des temps de séchage de la résine, toujours très long, pour m’attaquer à une idée qui a germé pendant les vacances. Un headpiece assez chargé pour les Cérémonies immobiles.
Voici le résultat des 4 jours de bouinage intensif.

Le numéro 112 :

 

 

 

 

 

 

son petit frère, le n° 113 :

 

 

 

 

 

 

et enfin le headpiece :

 

 

 

 

 

Les réveils sont disponibles à la vente sur etsy :

Share

Libertalia au TOTEM

au début de l’été, une nouvelle que nous avons pris comme une gifle : Le TOTEM, lieu de culture underground de la banlieue de nancy, annonce sa fermeture.
Ironie du sort, ce n’est pas par manque de subvention. Le lieu est soutenu par les tutelles, mais les subventions ont mis tellement de temps à arriver cette année que les créanciers ont dit stop.
Quelques semaines plus tard, nous apprenons que Materia Prima, une compagnie très active dans le milieu du body-art et qui tient le TOTEM à bout de bras depuis 15 ans, est en dépôt de bilan.

Ce lieu et cette compagnie nous sont chers, à mon partenaire et moi :
nous avons découvert la performance ensemble là-bas (enfin, à Souterrain CorpsLimites – le TOTEM n’existait pas encore), et nous y avons joué tous les deux, quelques années plus tard (Moi avec Dormir avec les poupées en 2009, Gaël l’an dernier avec Danaïde).

Nous y serons, pour un dernier retour aux sources, ce weekend, lors de l’enterrement du lieu : un weekend festif avec une programmation de folie tout le weekend.
Nous jouons samedi en fin d’après-midi (18h à priori)
Et pour l’occasion, nous performons pour la première fois ensemble, en mêlant nos deux univers. Partant de Mue (pour moi) et Rituel 3 protection (pour Gaël), une nouvelle forme émerge, qui prend un autre sens. ( photo de répétition ci-dessous)

à voir samedi si vous êtes sur Nancy ou dans les environs (prix libre)

Share

Les Belles Vacances

Retour de 3 semaines de vacances…
à chaque fois, au milieu des vacances, je commence à sentir des fourmi au bout des doigts. l’envie de ramasser tout ce qui traîne au bord du chemin. d’assembler, d’agencer, de transformer. J’ai de nouveau des images plein la tête, des idées qui arrivent et s’affinent.

De retour, je me suis jetée dans l’atelier avec bonheur. J’avais des prototypes de bijoux à fabriquer pour mon partenaire Sept de Trèfle. ça m’a délecté…






Mais ce n’était pas suffisant. j’avais besoin de me débrider et de partir à l’aventure.
Alors voilà. c’est un Cabinet de curiosité. En boîte, comme les boîte à souvenir bourrées de coquillage et de broutilles de notre enfance.
Il s’appelle « Les Belles Vacances », vous comprendrez pourquoi en regardant les photos.


S’il jamais il vous plaisait tellement que vous souhaitiez l’adopter, il est disponible sur ma boutique etsy :
https://www.etsy.com/listing/200548516/les-belles-vacances-cabinet-of

Share

Eve(s) à Dijon – jour 5

 

Hier c’était notre dernière journée de résidence et je n’ai pas eu le coeur d’écrire tout de suite. Notre résidence est terminée et l’avenir est flou, j’ai un peu le blues…

Néanmoins, hier, nous avons passé une très bonne journée.
De bon matin (toujours, à cause de la canicule), nos avons reçu C., jeune maman d’un petit loulou de 4 mois. C. nous a parlé de son corps, de ses cicatrices, du regard de la société qu’elle trouve dur alors que celui de son cercle intime est bienveillant…

L’après-midi, nous avons fini les séquençages des entretiens réalisés cette semaine.
C. est notre seizième Eve. Nous avons des heures et des heure d’enregistrements. Tout est séquencé, et  l’indexation de tous ces extraits dans une base de donnéespourra se faire soit pendant les mois qui viennent, soit au début de notre prochaine résidence…

A la rentrée, il nous faudra trouver des financements pour pouvoir imaginer la suite sereinement, racheter du matériel de moulage et des capteurs pour commencer à travailler des installations interactives avec Christophe…

En attendant, j’ai hâte de retrouver mon chéri et mon petit garçon. Les vacances approchent, un peu de légereté ne me fera pas de mal avant de recommencer à la rentrée.

Share